Le Lundi 29 Mai 2017

Temporaire

Du 15 Mars 2013 au 7 Avril 2013  / 

ED PIEN : PAPIER PEINT/WALLPAPER

À la croisée d’une réflexion portant sur l’esthétique de la chinoiserie et de la décoration ornementale comme véhicule à l’expression d’une rencontre entre l’Orient et l’Occident, cette installation vidéo mise sur un langage figuré/fantaisiste de motifs floraux pour mettre de l’avant l’idée d’un métissage culturel. Soucieuse d’engager le spectateur dans une expérience inclusive plutôt que simplement contemplative, elle questionne son rapport à l’œuvre qui, ici, élaborant une grammaire visuelle tout en mouvement, magnifie tout autant l’effet stéréoscopique que kaléidoscopique, conditionnant une métaphore au sentiment d’acculturation.

Plongée dans le noir, cette installation projetée sur trois surfaces murales, forme ainsi un enclos visuel – un papier peint – dont le dynamisme et la symétrie de ses motifs resserrent l’espace sur le spectateur. Le maintenant en son centre, elle l’enveloppe d’une teneur visuelle tout comme elle transforme l’architecture du lieu; elle lui donne texture et volumétrie. Isolé du monde extérieur, le spectateur est donc invité à vivre une expérience qui l’engage à se laisser prendre au jeu de l’immersion.

Créant une trame visuelle se métamorphosant en une série d’enchaînements formels – disparaissant, à tour de rôle pour laisser place à de nouvelles configurations visuelles, l’œuvre, hybridée des motifs floraux s’imbriquant les uns dans les autres, compose une collection d’images significatives pour l’artiste. Significatives, dans la mesure où il a lui-même photographié son jardin de fleurs et, qu’à partir d’une sélection, il les a regroupées sous la forme d’une séquence filmique – imitant le cycle évolutif de la floraison.   

Fragmentées, ces fleurs animées multiplient leurs « charmes » décoratifs pour séduire l’œil, lequel, happé par tant de beauté ornementale, ne peut faire autrement que d’être ravi. Ravi dans le sens d’être enchanté, mais aussi, et surtout, d’être exalté par tant de sollicitations optiques harmonieuses. Aspirant à s’affranchir de l’informe vacuité du lieu, ces compositions florales, solitaires ou regroupées en inflorescences, vibrent au rythme des pulsations de l’image en continu. Se succédant en d’innombrables arabesques, elles dépeignent une taxinomie botanique inventée qui, même si elle n’est qu’une simple imitation de la flore naturelle, s’y apparente invariablement dans l’exercice d’un savoir-faire infographique, reconduisant l’illusion qu’il s’agisse d’un papier peint vivant. Élaborant de véritables chassés-croisés visuels, orchestrés au quart de tour, elles harmonisent ainsi une symphonie de motifs décoratifs évoquant l’enculturation d’une nature dorénavant apprivoisée.

Karl-Gilbert Murray, commissaire

Une installation vidéo d'Ed Pien présentée par le Festival International du Film sur l'Art (FIFA) et la Cinémathèque dans le cadre de la série d'Événements spéciaux présentée par Loto-Québec.

Vernissage : 15 mars, 17h00.

ENTRÉE LIBRE

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

Mon horaire

Connectez-vous pour sauvegarder automatiquement votre horaire pour votre prochaine visite.