Skip to contentSkip to navigation
Claude Jutra : filmographie et témoignages
Par Pierre Jutras, Pierre Véronneau
juillet 1987

Si l’on devait trouver un fil conducteur dans la vie de Claude Jutra, ce serait certes dans cette ardeur d’un travail accompli avec opiniâtreté, application et méthode. Cette essentielle vitalité, il la déportait du cinéma au théâtre, quelquefois à la télévision et, dans des moments fugitifs, à la peinture et au dessin. L’activité créatrice étant la moins insipide (la plus douloureuse?) façon de passer dans la vie et de résister à la mort, Claude pressé par le temps, figurait sans répit de nouveaux projets à réaliser. Ses angoisses profondes n’étaient-elles pas liées à des périodes où on lui déniait le droit de travailler, d’être cinéaste? Jamais il n’aurait voulu avoir une carrière close.

En donnant priorité à la filmographie du cinéaste, nous désirons justement souligner cette immense somme de travail effectué au cinéma et à la télévision. Ce souci de l'exhaustivité — nous n’avons toutefois pas abordé ses multiples expériences théâtrales — témoigne hautement de la variété de ses talents : comédien, narrateur, auteur de téléthéâtre, traducteur, adaptateur, scénariste, monteur, caméraman, concepteur sonore, animateur de télévision et réalisateur de fictions, de documentaires, de films pédagogiques, de films publicitaires... Il n’eut point de cesse qu’il n'eût tout tenté.

Claude Jutra ,1979. Photo Guy Schiele Claude Jutra, 1979
Photographie Guy Schiele

La rétrospective complète de ses films présentée à la Cinémathèque marque un moment d’adieu que nous désirons tous lui rendre et aussi une occasion de (re) découverte des œuvres du cinéaste — l’un des premiers au Québec à risquer un cinéma commercial indissolublement lié à une liberté d’expression toujours défendue.

Les nombreux textes-témoignages livrés par des collègues et collaborateurs de Claude Jutra constituent la seconde partie du dossier. Ils divulguent, par bribes, un portrait de l’homme dans l’intimité de son travail et s’accordent à reconnaître l’acuité de son intelligence, sa grande passion du cinéma et le charme stoïque de sa discrétion.

Pierre Jutras