Skip to contentSkip to navigation

CLAUDE GAGNON, L’ŒIL SINGULIER | DU 16 AU 27 AVRIL À LA CINÉMATHÈQUE

April 8th, 2021

Montréal, le 8 avril 2021 — Une rétrospective du cinéaste Claude Gagnon, c’est traverser quatre décennies d’engagement ininterrompu derrière la caméra. C’est ce que la Cinémathèque québécoise proposera du 16 au 27 avril, avec son cycle CLAUDE GAGNON, L’ŒIL SINGULIER, sa deuxième programmation spéciale autour du réalisateur, qui permettra aux cinéphiles de revoir des classiques tels que Keiko, Kenny et Revival Blues, pour ne nommer que ceux-ci.

« Voilà un cinéaste absolument à part dans le paysage québécois. Dès les années 1970, il exprime sa totale singularité en réalisant au Japon Keiko, histoire de mariage arrangé doublée d’un récit sentimental homosexuel. Au fil d’une filmographie cohérente, il dressera avec un sens de la mise en scène affirmé le portrait de situations marginales et complexes, susceptibles de lever le voile sur des aspects sociaux peu abordés dans notre cinématographie, notamment la question autochtone (Visage pâle, 1985) ou encore la condition d’individus vivant avec un handicap (Kenny, 1987). Nous vous invitons à découvrir la filmographie d’un cinéaste toujours actif et en phase avec notre époque », mentionne Guillaume Lafleur, directeur de la diffusion, de la programmation et des publications de la Cinémathèque québécoise.

Claude Gagnon reçoit, en 2014, la Bourse de Carrière Michel Brault du Conseil des arts et des lettres du Québec, quelques 40 ans après avoir débuté sa carrière au Japon où il s’était rendu en 1970, alors qu’il n’avait que 20 ans. Il y tourne en 1978 son premier long-métrage, Keiko, qui lui procure une enviable notoriété grâce au succès du film et aux nombreux prix remportés. À l’été 1979, Gagnon revient s’installer à Saint-Hyacinthe où il tourne ses deux longs-métrages suivants avant de s’établir à Montréal. Puis viendra Kenny et son succès phénoménal à l’échelle planétaire. Il enchainera avec la production et la distribution de nombreux films québécois et étrangers par l’entremise d’Aska Films, la société que Gagnon fonde avec sa femme Yuri Yoshimura. Ils produisent de nombreux films pour Gilles Carle, André Melançon, François Bouvier, et d’autres réalisateurs québécois aussi bien qu’étrangers. Au début du millénaire, Gagnon retourne à la réalisation avec notamment Kamataki et Karakara qui remportent des prix un peu partout sur la planète.

Son nouveau long métrage, Les vieux chums prendra l’affiche partout au Québec le 14 mai prochain.

L’horaire et les billets pour le cycle CLAUDE GAGNON, L’ŒIL SINGULIER sont disponibles au cinematheque.qc.ca.

À PROPOS DE LA CINÉMATHÈQUE QUÉBÉCOISE La Cinémathèque québécoise est le musée de l’image en mouvement à Montréal. Sa mission est d'acquérir, documenter et sauvegarder le patrimoine cinématographique, télévisuel et audiovisuel québécois ainsi que le cinéma d’animation international, collectionner des œuvres significatives du cinéma canadien et mondial, pour en assurer la mise en valeur à des fins culturelles et éducatives.

La Cinémathèque québécoise remercie de leur soutien le ministère de la Culture et des Communications du Québec, le Conseil des arts du Canada ainsi que le Conseil des arts de Montréal, la SODEC et Téléfilm Canada.

Claude Gagnon, l’œil singulier | du 16 au 27 avril 2021