From August, 23rd 2018 to September, 09th 2018

Tahani Rached : le chant du réel

Profitant de son passage au Québec, nous avons conçu cette rétrospective quasi intégrale consacrée à l’une des plus illustres documentaristes des années 1980-2000 : Tahani Rached. Dès son premier long métrage, Les voleurs de job (1980), elle marque de sa signature forte notre cinéma. Remarquée par Denys Arcand, il l’invite à participer à l’aventure collective du Confort et l’Indifférence (1981). Passée à l’ONF, elle y réalisera plusieurs films phares de l’institution touchant tour à tour à la condition haïtienne, à la survivance palestinienne, au système hospitalier québécois, aux médecins du SIDA, au destin de femmes égyptiennes et à une chorale d’Outremont. Son film le plus célèbre demeure à ce jour Au chic resto Pop qu’elle consacre en 1990 à une soupe populaire du quartier Hochelaga-Maisonneuve. Elle n’y a filmé que des témoignages en chansons, en collaboration avec le compositeur-interprète Steve Faulkner (dit Cassonade), accentuant par là un trait singulier que l’on retrouve dans la majorité de ses films. Cette place laissée à la chanson comme révélatrice expressive d’un aspect critique de la situation réelle que l’on veut capter. Cette rétrospective est aussi l’occasion pour nous de découvrir les trois longs métrages qu’elle a réalisés en Égypte, après son retour en terre natale, dont le troublant Ces filles-là (2006) consacré aux filles de rue du Caire, renégates contre leur volonté.
 
Nous remercions l'ONF qui nous a travaillé sur la restauration numérique son premier long métrage, Les voleurs de job.
 
 

Projections

Cycles

My schedule

Log-in to automatically save your schedule for your next visit.