October, 19th 2017

Temporaire

From December 3rd 2014 to February 8th 2015  / 

McLAREN, PERCEPTIONS

''What happens between each frame is much more important than what exists on each frame.''

« Ce qui se produit entre les cadres est beaucoup plus important que ce qu’il y a dans chaque cadre. »

Voici une des assertions les plus célèbres de Norman McLaren, qui s’est avérée pour moi l’inspiration et le point de départ de cette installation. Je cherchais justement à explorer l’effet créé par la juxtaposition de cadres tirés des films du grand cinéaste, pour découvrir sur de grands écrans ce que cette proximité nous révélerait. Nous avons donc fait plusieurs tests, en utilisant le même segment d’un film reproduit six fois. L’idée était de profiter de leur symétrie pour créer un effet miroir. Le résultat fut époustouflant !
Non seulement avons-nous l’impression d’être totalement enveloppés par ces images, mais elles se présentent à nous de manière tout à fait nouvelle sans être aucunement altérées. Seule notre perception des films est différente.  

Nous avons choisi les films Étoiles et bandes (1940), Sphères (1969), Synchromie (1971) et Caprice en couleurs (1949). Ces quatre films, projetés en boucle sur deux surfaces de projection en coin, vibrent au rythme des trames musicales qui les accompagnent. Ils nous témoignent une fois de plus que Norman McLaren a constamment recherché une symbiose entre la musique, le mouvement et les images.

Merci à mes complices dans cette aventure : Pierre Plouffe, Benoit Forté, Michèle Labelle et Daniel Lord.

Marc Bertrand, commissaire

Add comment

The content of this field is kept private and will not be shown publicly.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.

More information about formatting options

My schedule

Log-in to automatically save your schedule for your next visit.